Société Française d'Arthroscopie

SFA/AGA/SIGASCOT/AEA/SPAT/ESSKA

European Arthroscopy Fellowship

ADRESSEZ VOS CANDIDATURES

 

Deadline repoussée au 20 décembre 2018 


 


Rapport de l’European Arthroscopy Fellowship 2018 par Laurent Baverel

 

Qu’est-ce que le European Arthroscopy Fellowship (EAF) ? Il s’agit d’un séjour de trois semaines organisé par les sociétés d’arthroscopie européennes : la SFA (France), l’AGA (Allemagne), la SIGASCOT (Italie), l’AEA (Espagne) et l’ESSKA. Cinq chirurgiens ont ainsi le privilège de voyager dans plusieurs pays d’Europe afin d’y découvrir les pratiques chirurgicales, l’organisation du système de soins, tout en profitant des attractions et spécialités gastronomiques locales. Les 5 privilégiés cette année étaient Christian Majer pour l’Allemagne, Maria Brotat pour l’Espagne, Randeep Aujla pour le Royaume-Uni, Alberto Grassi pour l’Italie, et moi-même. Nous avons ainsi visité 8 centres dans 6 pays différents. Coté organisation, c’est donc très complexe. Mais heureusement, la SFA dispose d’une arme redoutable : Corine Bensimon. Aucun pépin n’a été rencontré, malgré les nombreuses correspondances et les 10.000 kms parcourus. Bravo et merci pour tout Corine.

 

 

De gauche à droite : les fellows : Laurent, Christian, Randeep, Maria et Alberto

 

Allemagne :

23.09. – 25.09.2018: Prof. Dr. Philipp Niemeyer, OCM, München

25.09. – 27.09.2018: Prof. Dr. Peter Angele, Sporthopaedicum, Regensburg

Notre premier séjour fut l’Allemagne : Münich puis Regensburg, avec respectivement les Prs Niemeyer et Angele. Il s’agit de deux centres d’excellence de « Sports Medecine », où les greffes cartilagineuses (matrix-guided autologous chondrocyte transplantation) sont largement pratiquées, et le plus souvent en association à des ostéotomies fémorales ou tibiales. Nous avons par ailleurs assisté à des reconstructions du LCA (primaires ou en révision) et du MPFL. Concernant l’épaule, les réparations de coiffe ou prothèses étaient conventionnelles, mais l’efficacité de l’instrumentation et la rigueur allemande étaient remarquables. Coté attraction, nous avons dégusté quelques « mass » à l’occasion de l’Oktoberfest qui se déroulait lors de notre séjour Bavarois.

 

Oktoberfest ; greffes cartilagineuses avant puis après suture ; Dr Angele et les fellows à regensburg.

 

Danemark :

27.09. – 30.09.2018: Prof. Michael Krogsgaard / Dr. Martin Rathcke, Bispebjerg-Frederiksberg Hospital, Kopenhagen

Notre seconde destination fut le Danemark, à Copenhague. L’équipe du Pr Krogsgaard nous a accueillis de manière chaleureuse et bienveillante, à l’image de cette ville merveilleuse. Leur système de santé est totalement différent du nôtre, puisque 95% des chirurgiens travaillent dans le secteur public, et chacun y a un rôle bien distinct, quasiment mono-interventionnel par établissement : un chirurgien pour l’arthroscopie de hanche uniquement, un pour les réparations de coiffe… Seuls deux chirurgiens dans le pays sont autorisés à reconstruire un LCA chez l’enfant. Nous avons eu la chance d’assister à une trochléoplastie selon Bereiter, une stabilisation sterno-claviculaire par autogreffe au semi-tendineux. Une petite visite de la ville a agrémenté notre séjour, dont le quartier de Nyhavn, les jardins de Tivoli, et le Planetarium. Coté culinaire, les spécialités à base de pain noir sont typiques de la région.

 

Poissons crus sur pain noir ; quartier de Nyhavn ; la petite sirène dans le port de Copenhague ; stabilisation sterno-claviculaire par le Dr Martin Rathcke

 

France :

30.09. – 03.10.2018: Dr. Johannes Barth, Centre Ostéo-articulaire de Cèdres, Grenoble

Nous avons poursuivi notre voyage à Grenoble, accueillis magistralement par l’équipe de Johannes Barth et du Centre Ostéo-articulaire des Cèdres. Côté chirurgical, un délice : reconstruction bi-croisés, LCA avec plastie antéro-latérale, réparation de coiffe massive avec utilisation du tendon du long biceps comme auto-greffe, butée en mini-invasif, arthroscopie de hanche… Le tout dans une ambiance sportive et détendue. Côté culinaire, Johannes nous avait préparé dès notre arrivée quelques grillades en coupant le bois à la hache façon jurassienne, avec quelques bouteilles de grand cru. Le lendemain Mme Panisset nous avait concocté un fabuleux repas dans leur demeure. Les Grenoblois savent recevoir, il n’y a aucun doute, nous sommes repartis des étoiles plein les yeux. Merci au COAC, en particulier à Johannes, ainsi qu’à Isabelle et Jean-Claude.

 

Open Latarjet suivi scrupuleusement ; notre hôte Dr Johannes Barth ;  déjeuner d'accueil chez les Barth ;  sortie sportive avec les membres du coac

 

Italie :

03.10. – 07.10.2018: Prof. Stefano Zaffagnini, Rizzoli-Institut / SIGASCOT-Kongress, Bologna

L’étape suivante fut la splendide, somptueuse ville de Bologne, où avait lieu le congrès national d’arthroscopie Italien, sous la direction du Pr Stefano Zaffagnini. Plusieurs « hightlight lectures » en Anglais ont été organisés durant le congrès : « how to treat the anterolateral instability » par Bertrand Sonnery-Cottet, « frozen shoulder » par Itoi. David Dejour et François Sirveaux étaient également présents et ce fut un plaisir de nous retrouver. Nous avons profité de notre séjour pour visiter le merveilleux Rizzoli Institut, l’université de Bologne vieille de presque mille ans, avec la salle de dissection, la bibliothèque, et bien sûr les différents quartiers de la ville. Coté gastronomique, nous avons dégusté les spécialités locales : mortadelle, pâtes à la Bolognaise, pizzas, tiramisu… Nous avions une présentation lors de la session des fellows. J’y ai défendu le Latarjet !

 

Visite de l'université de Bologne ; dîner de gala de la Sigascot avec les Pr Zafagnini et Sirveaux ;présentation à propos des résultats cliniques du Latarjet chez les sportifs compétiteurs vs occasionnels

 

Espagne :

07.10. – 08.10.2018: Dr. Pablo Cañete, Hospital de Manises, Valencia

08.10. – 10.10.2018: Dr. José Silberberg / Dr. Javier Tejada, Clínica Universidad de Navarra, Madrid

En Espagne, notre séjour a commencé à Valence par la visite de la ville, Ciudad de las Artes y las Ciencias et son architecture futuriste, et la plage, tout en dégustant quelques Sangria. Côté bloc opératoire, le Dr Pablo Canete nous avait programmé une reconstruction capsulaire supérieure par allogreffe, une stabilisation d’épaule avec bankart + remplissage, et une arthroscopie de coude. Nous prenions le train dans la foulée pour rejoindre Madrid et passer une journée au bloc opératoire dans la clinique ultra-moderne de Navarra.

 

 Ciudad de las Artes y las Ciencias ; verre de Sangria ; plage de Valence ; Dr Cañete réalisant la reconstruction capsulaire

 

Portugal :

10.10. – 12.10.2018: Dr. Henrique Jones / Dr. Manuel Virgolino, Hospital da Luz, Setubal

 

La dernière étape fut le Portugal. Deux journées bien chargées pour finir notre travelling : un symposium de Sport Medecine animé par le Dr Henrique Jones, membre imminent de l’ESSKA ; une journée au bloc opératoire (coiffe, stabilisation sterno-claviculaire, LCA, micro-fractures et injection de PRP) et un programme social fantastique : boat trip dans la baie Setubal, dégustation de poissons, palourdes, coquilles saint Jacques, et autres spécialités locales.

 

   Dégustation sur la baie de Setubal ;  plan du symposium de Sport Medecine ;  suture de coiffe à l’hôpital Da Luz

 

En conclusion, après 3 semaines passées à visiter 8 centres, il me parait indispensable de voyager pour s’enrichir. Parfois un simple détail est relevé : positionnement d’un écarteur, façon d’installer le patient, gestion du programme opératoire. Parfois c’est toute l’intervention qui impressionne, comme la reconstruction capsulaire à Valence, la stabilisation sterno-claviculaire au Danemark, ou encore la butée d’épaule à Grenoble qui a beaucoup plu à mes co-fellows. Ce voyage était aussi l’occasion de faire des rencontres entre personnes de nationalités différentes, pour échanger sur nos pratiques mutuelles, et sur le reste aussi : paëlla, football, brexit... Nous avons eu la chance de visiter Bologne avec Bruce Reider, éditeur en chef de l’AJSM, qui nous a proposé d’en être reviewer, et également avec Eiji Itoi, qui a accepté ma visite à Sendai au Japon en 2020. C’est ça l’esprit de la SFA : chercher à améliorer sa pratique par l’ouverture et le partage, le tout dans la convivialité. Encore un grand merci à François Sirveaux et au bureau de la SFA, avec une attention toute particulière pour mon ami Johannes. Et un immense remerciement à Corine Bensimon, qui s’est occupée de toute la logistique et a su rendre ce voyage inoubliable. Merci Corine, et à très bientôt à la SFA !

 


 

Rapport du voyage de l'European Arthroscopic Fellowship 2016 par Hubert Lenoir

 

L’« European Arthroscopy Fellowship » prend traditionnellement son envol au congrès de l’AGA. La cuvée 2016 n’a pas manqué le rendez-vous. N’étant pas un germanophone aguerri, ces quelques jours à Basel m’ont principalement permis d’apprendre à connaître les 4 collègues chirurgiens avec lesquels j’allais partager les prochaines semaines : Abhinav Gulihar du Royaume Uni,  Adrian Cuellar Ayestaran d’Espagne, Federica Rosso d’Italie et enfin Philip Roebler d’Allemagne. J’ai d’emblée pu constater l’étonnant mélange qui constituait notre groupe : de cultures différentes, nos âges s’échelonnaient de 30 à 37 ans, nos domaines d’activité concernaient pour 2 d’entre nous le genou, le membre supérieur pour 2 autres et le dernier continuait à exercer une activité polyvalente ; les centres d’intérêt de nos activités scientifiques concernaient tantôt la recherche clinique tantôt la recherche fondamentale. Enfin, certains d’entre nous exerçaient leur activité dans une structure publique tandis que d’autres étaient chirurgiens libéraux. Si ce « mélange »  peut paraître de premier abord quelque peu décousu, je réalise aujourd’hui que cette diversité a vraisemblablement contribué à enrichir nos conversations et nos débats autour d’une passion commune, la chirurgie orthopédique et en particulier l’arthroscopie.

Après ces quelques jours de congrès, nous avons mis le cap sur Berne pour rencontrer les Docteurs Bernhard Waibl et Eduard Buess. Nous avons eu la chance de voir une transplantation d’une matrice de chondrocytes autologues pour une perte de substance localisée du condyle fémoral interne. Plus que le geste technique en soit, cela nous a menés vers de très intéressantes discussions sur la gestion de ces lésions focales. La suite de cette matinée opératoire était dédiée à l’épaule avec une belle réparation d’une rupture massive de la coiffe des rotateurs. Une très sympathique invitation du Docteur Buess à prendre l’apéro chez lui à Fribourg avant d’aller diner pour goûter la fondue au fromage locale concluait cette première étape.

La suite du programme, « à domicile », commençait par une escale à Lyon où nous avons été accueillis par les Professeurs Servien, Neyret et Lustig. Cette étape coïncidait avec les journées lyonnaises de chirurgie du genou auxquelles nous avons été invités. En tant que local de l’étape, j’endossais la lourde responsabilité du titre de « leader du groupe » avec des problématiques particulièrement périlleuses : où trouver une bonne table ? Quel vin choisir ? Cette tâche ne s’est cependant pas avérée si difficile : nous avons en effet été chaleureusement invités à diner à 2 reprises par le Pr Servien, dont le soir de gala des journées lyonnaises.  Avant le début du congrès, nous avons également pu profiter du bloc opératoire : mes co-fellows chirurgiens du genou ont été particulièrement séduits par les spécialités lyonnaises concernant la chirurgie du ligament croisé antérieur mais également sur la prise en charge de la pathologie dégénérative du genou.

La deuxième étape française s’est déroulée à Nice. Entièrement consacrée à l’épaule, elle s’est avérée riche d’enseignements. Outre les classiques réparations de la coiffe des rotateurs, nous avons pu découvrir la technique de Latarjet arthroscopique mise au point par le Pr Boileau. Cela a été l’occasion d’ouvrir de tumultueux débats avec Adrian, fervent défenseur des réparations de lésions de Bankart sous arthroscopie. Parmi les autres interventions présentées, nous retiendrons particulièrement une très élégante technique d’arthroplastie totale inversée d’épaule associée à la réalisation d’un transfert du grand dorsal. Le passage niçois aura enfin été l’occasion d’accompagner Pascal Boileau lors de ses consultations. Ce moment a été pour moi particulièrement intéressant : à côté des subtilités de l’examen clinique que nous avons pu apprendre à ses côtés, cela m’a surtout permis de découvrir un peu plus le personnage tout en m’enrichissant de différents points du vue et concepts qu’il a bien voulu partager avec nous.

Nous nous sommes ensuite envolés pour Madrid où nous avons été accueillis par une équipe particulièrement chaleureuse menée par Pablo De La Cuadra. Nous avons alors enchainé les blocs opératoires et les communications avec d’abondants repas bien arrosés avant de terminer en beauté par une visite du stade Santiago Bernabéu, véritable fierté locale. (Federica aura particulièrement apprécié la visite des vestiaires et plus particulièrement le casier de Christiano Ronaldo…) Nous avons été très sensibles aux efforts réalisés par cette équipe pour nous offrir un programme de qualité sur le plan chirurgical : à côté des classiques ligamentoplasties du ligament croisé antérieur et coiffe sous arthroscopie, nous avons pu voir 2 arthroscopies de hanche pour conflit fémoro-acétabulaire, une arthroscopie de cheville pour lésion ostéochondrale du dôme astragalien ainsi qu’une arthrodèse de cheville sous arthroscopie.

La suite du programme s’est déroulée à Lisbonne où nous avons pu profiter des derniers jours d’été. Nous avons en effet pu visiter cette magnifique ville le dimanche au cours d’une pleine journée de repos avant de profiter avec le Dr José Filipe Salreta d’une belle balade en bord de mer. Nous avons repris le lendemain le chemin des salles opératoires en compagnie du Dr Carla Madail qui nous a, entre autre, montré sa technique de reconstruction du MPFL avant de repartir sur un programme plus classique concernant l’épaule. Nous avons enfin, avant notre départ, eu la chance de pouvoir visiter l’« Instituto Superior Técnico ». L’équipe lisbonnaise a en effet développé un partenariat avec cette unité de recherche pour réaliser des tests permettant d’évaluer la résistance des greffes et des matériaux mis en place pour les reconstructions du MPFL ou du LCA.

Notre tournée d’Europe s’est achevée en Italie en commençant par Milan dans l’unité de Pietro Randelli. Sachant que chacun d’entre nous avait des aspirations chirurgicales différentes, il nous avait concocté un menu à la carte avec une salle opératoire dédiée à l’épaule et une autre pour le genou. Nous retiendrons de ce passage une étude prospective randomisée actuellement réalisée pour évaluer la cicatrisation tendineuse des tendons de la coiffe des rotateurs après injection d’un concentré de tissu graisseux prélevé aux tissus sous cutanés de l’abdomen. L’objectif de ce traitement serait d’apporter des facteurs de croissance permettant de stimuler les cellules souches de la lignée des tendinocytes. Bien que ce traitement n’ait pas convaincu l’ensemble des fellows, nous avons tous trouvé l’approche particulièrement intéressante. La démarche scientifique et le caractère innovant de ce procédé nous ont permis d’ouvrir des débats très enrichissants. La séance de communications fût aussi l’occasion de découvrir par l’étonnant Dr Paolo Arrigoni une théorie surprenante mais tout aussi intéressante concernant la physiopathologie des épicondylites. Bien que le timing de notre étape milanaise fût extrêmement serré, nous avons malgré tout trouvé le temps de visiter le Duomo et ses alentours. Nous avons également pu passer une excellente soirée dans le restaurant du styliste Roberto Cavalli en compagnie de l’ensemble de l’équipe.

Le passage dans la somptueuse ville de Vérone a clôturé l’édition 2016 de cet European Arthoscopy Fellowship. Nous y avons vécu un condensé de nos 3 semaines passées : chirurgie du genou et de l’épaule, conférences, visite de vignoble avec dégustation d’Amarone accompagnée d’excellentes spécialités culinaires locales.

Ces 3 semaines et demie de visites ont ainsi été particulièrement intenses sur le plan intellectuel mais également sur le plan personnel. Difficile d’avoir les idées claires à l’heure où j’écris ces lignes tant les idées se bousculent : trucs et astuces piqués au bloc opératoires, réflexions portant sur les indications chirurgicales, discussions autour des systèmes de santé, de l’organisation des soins et des conditions d’exercice dans nos pays respectifs sans oublier bien sûr les excellentes soirées et les fous rires en compagnie des différents chirurgiens qui nous ont accueillis au cours de ce véritable marathon culinaire. Ce voyage aura bien sûr été l’occasion de tisser des liens d’amitié avec mes co-fellows avec lesquels nous avons d’ores et déjà plein de projets.

Je tiens finalement à remercier le très dynamique bureau de la SFA qui donne l’opportunité aux jeunes générations de chirurgiens de vivre cette très belle expérience. Merci également à Johannes Barth qui m’a donné la motivation pour poser ma candidature ainsi qu’à Corine Bensimon qui fait un énorme travail pour l’organisation de ce fellowship chaque année.

 

 

En compagnie de Eduard Buess un soir à Berne

En compagnie de Pascal Boileau à la consultation

Avec l'équipe de Madrid au bloc opératoire

Au congrès de l'AGA

 


 

Rapport du voyage de l'European Arthroscopic Fellowship 2015 par Julien Berhouet

C’est accueilli et rasséréné par les précieux conseils de notre Président, Monsieur le Docteur Olivier Courage « himself » (s’il vous plaît), dans les langues de Shakespeare et Goethe, que j’ai commencé le European Arthroscopy Fellowship 2015 (EAF) à l’occasion du traditionnel congrès annuel de la société allemande d’arthroscopie à Dresden ! J’ai alors rapidement compris la signification et l’investissement tant professionnel qu’affectif engagé par notre société – la SFA – et son homologue allemande – l’AGA –, pour la création et la pérennisation chaque année de ce programme de bourse de voyage.

J’ai partagé ce tour européen avec 4 collègues chirurgiens venant d’Allemagne, de Suisse, d’Italie et du Portugal, d’expérience différente mais avec un intérêt commun pour l’arthroscopie, et la pathologie ainsi que la recherche s’y rapportant. Chacun avait également déjà eu une expérience de l’étranger. Après avoir donc pris connaissance les uns avec les autres à l’issue du congrès et du « social tour » à Dresden, nous sommes véritablement rentrés dans le vif du sujet lors de la seconde étape allemande, à Berlin, avec la visite du Dr Scheibel à l’hôpital de la Charité. Nous avons ainsi pu profiter d’un programme opératoire dense de chirurgie de l’épaule, allant de la simple réparation arthroscopique d’une rupture de la coiffe des rotateurs, à la pose d’une prothèse d’épaule anatomique sur omarthrose primitive, en passant par la ligamentoplastie arthroscopique itérative d’une instabilité chronique acromio-claviculaire. Une consultation dédiée à la pathologie du genou du sportif et à son traitement conservateur avait également été ouverte pour satisfaire mes collègues européens non opérateurs de l’épaule. Si nous avons tous finalement pu apprécier la rigueur allemande, notamment par le silence religieux régnant en salle opératoire, nous avons aussi tous été rassurés de constater que les délais d’attente entre 2 interventions étaient aussi importants que ceux que chacun d’entre nous pouvait connaître dans son bloc opératoire.

Nos étapes suivantes, « à domicile » me concernant, entre Paris et Toulouse, ont permis aux chirurgiens de notre groupe orientés exclusivement « genou » de reprendre quelques couleurs chirurgicales et surtout « des trucs et astuces à la française » ! L’ensemble des fellows, grâce à l’enthousiasme du Dr Ehkirch de la Clinique des Maussins, a été séduit par les techniques de Lemaire pour le retour externe et de stabilisation fémoro-patellaire aux parties molles sur le versant fémoral. La matinée d’arthroscopie de ligamentoplasties du croisé antérieur sur genou pédiatrique avec le Pr Accadbled a également été très appréciée et jugée comme innovante et riche d’enseignements pour notre groupe de chirurgiens de « l’adulte ». Les fellows chirurgiens de l’épaule n’ont pas non plus été en reste avec un programme « maison  en vision ultra-HD » organisé par le Dr Kany : bipolar fixation, transfert arthroscopique du grand dorsal, révision arthroscopique d’instablité acromio-claviculaire. Une butée antérieure arthroscopique opérée par le Dr Nourrissat avait également pu être volée quelques jours auparavant au détour d’un couloir des Maussins. Cette densité de programme chirurgical n’a par ailleurs pas mis à mal la qualité des discussions scientifiques et de dossiers cliniques que nous avons pu initier à l’occasion de cette étape française. L’union et l’unanimité d’opinion du groupe ont dans tous les cas toujours été retrouvées grâce à l’accueil amical et gastronomique, encore une fois « à la française », de nos hôtes parisiens et toulousains !

Notre étape italienne a ensuite également été très calorique… Nous avons en effet séjourné à Florence et à Bologne, dont les spécialités culinaires et viticoles font jeu égal avec une architecture sans pareil. Le premier site d’accueil, le service hospitalier du Dr Giron, nous a permis d’assister à notre premier cas d’arthroscopie dite d’articulation satellite avec une exploration de cheville pour le curetage d’une lésion du dôme talien suivi de microfractures. Cela a été l’occasion pour moi de voir aussi un mode de fonctionnement et une organisation, a priori communs dans les pays du sud de l’Europe, mais quelque peu inhabituelles en France et les pays du nord.  Pas moins de 4 opérateurs étaient présents autour du champ par intervention, ceci témoignant d’un système très hiérarchisé d’une part et d’un enseignement pratique difficile pour nos collègues italiens internes ou chefs assistants d’autre part. Cette organisation était encore plus spectaculaire lors de notre visite du fantasque Dr Zaffagnini au non moins célèbre Institut Rizzoli de Bologne. Nous avons pu assister à une démonstration technique d’allogreffes méniscales à mains levées, sans viseur, mais dont les principes ne nous ont pas semblé accessibles et reproductibles au commun des chirurgiens orthopédistes. Nous avons aussi pu mesurer le privilège de visiter cette institution, dont Putti avait déjà commencé à l’époque à y inscrire ses lettres de noblesse.

La dernière étape de notre tour européen a été condensée sur la péninsule ibérique, entre la capitale Andalouse, Séville, et la cité historique portugaise de Braga. Ce fut l’occasion pour notre groupe de fellows de profiter de derniers jours aux températures estivales, et de mesurer la place du ballon rond dans la culture de nos hôtes. Entre 2 visites de stades, notamment du FC Porto avec le Dr Espreiguera-Mendes, ex-président de l’ESSKA, et un match de qualification pour l’Euro 2016, nous avons pu assister à des procédures de ligamentoplastie du croisé antérieur, de première intention ou de révision, au tendon quadricipital et au DIDT, en plus de quelques cas d’arthroscopies de hanche pour conflit fémoro-acétabulaire du sportif et de stabilisation fémoro-patellaire. Dans ces 2 pays frappés de plein fouet par la crise économique, les structures visitées, publiques mais à gestion privée, ainsi que les professionnels y travaillant ont été pour nous des modèles de dynamisme, d’optimisation de l’offre de soins et d’intégration de la recherche fondamentale dans leur fonctionnement. Nous avons notamment pu visiter un pôle portugais d’entreprises privées combinant recherche cellulaire et développement de biomatériaux, en partenariat avec le service d’orthopédie du Dr Manuel Viera Da Silva que nous visitions à Braga.

Ces 3 semaines et demi de fellowship européen ont donc rempli toute leur promesse, entre d’une part l’activité arthroscopique et scientifique qui avait été planifiée pour notre venue, et d’autre part un programme social très dense avec toujours un accueil investi de nos hôtes. Cette itinérance a aussi été l’occasion de nouer des liens d’amitiés avec mes compagnons de voyage, en espérant peut être pour chacun d’entre nous d’accueillir un jour à notre tour de jeunes collègues.

Je remercie enfin chaleureusement la SFA de m’avoir donné l’opportunité de réaliser ce fellowhisp, et bien évidemment Corine Bensimon pour son organisation parfaitement huilée, avec une précision chirurgicale arthroscopique !

Visite du Dr Kany à Toulouse

Visite du Pr Zaffagnini de l’Institut Rizzoli de Bologne

 

 

 


 

 


 

Rapport du voyage de l'European Arthroscopic Fellowship 2014 par Yves Bouju

Consultez la video

ADHESION A LA SFA

Vous souhaitez consulter l’intégralité du site ?
Adhérez à la SFA !

Quitter le site vers...